Les outils de la démarche prosocial

A quelles conditions les êtres humains peuvent-ils véritablement coopérer efficacement ? Après des décennies de recherches dans le monde, les résultats sont rendus disponibles sous la forme d’outils simples et puissants. Ils constituent la démarche Prosocial. Nous sommes les premiers à les avoir traduit en français et sommes heureux de les mettre à votre disposition.

Un grand succès pour mon atelier sur les principes de design Prosocial

Cela faisait plusieurs années que je ressentais le besoin d’avoir une vision d’ensemble sur les différentes facettes de la coopération. Une sorte de carte pour mieux se repérer et aider les groupes à mieux choisir les méthodes répondant à leurs besoins prioritaires. Par où commencer ? Il n’y a en effet pas un chemin unique valable pour tous, passant par différentes étapes permettant d’améliorer les relations, le fonctionnement opérationnel, la gouvernance… J’avais imaginé le terme de “design social dynamique” pour décrire ce champ de pratiques de façon transversale.
Ainsi, lorsque j’ai découvert les 8 principes de design Prosocial lors d’un atelier de Paul Atkins pendant un sommet en ligne du Global Ecovillage Network, ce fut une révélation ! Bien sûr, tout cela n’existait qu’en anglais. J’ai donc suivi la formation pour devenir facilitatrice de cette démarche et ai étudié le livre Prosocial. Puis nous avons expérimenté l’animation de ces outils avec mon partenaire Thomas Marshall, qui a effectué la traduction des supports en français.

Les fondements scientifiques de Prosocial

Les fondateurs de Prosocial ont réussi à faire la synthèse d’un ensemble de recherches scientifiques de haut niveau, en construisant une démarche d’accompagnement au changement étonnamment accessible et pragmatique. Ce qui est remarquable dans cette démarche, c’est qu’elle n’enferme dans aucun système ; au contraire, elle ouvre à une diversité de pistes d’action et aide chaque groupe (qu’elle que soit sa taille) à faire ses propres choix de façon consciente.

La présentation ci-dessous est issue du site www.prosocial.world, qui n’existe à ce jour qu’en anglais.
 
La démarche Prosocial se base sur 3 leviers pour un développement de la conscience collective dans les groupes. Ils l’ont nommé processus ARC :
  • A comme l’attention à ce qui se passe à l’intérieur de soi ;
  • R comme les relations entre les personnes et leur qualité ;
  • C comme la culture commune qui est issue des accords collectifs.
behavioral-science

Science contextuelle du comportement
Développée en anglais sous le terme de “Contextual Behavioral Science”, elle désigne l’étude appliquée du comportement dans le contexte de la vie quotidienne, y compris les techniques thérapeutiques et de formation fondées sur l’action, la cognition et la pleine conscience.

Ce courant multidisciplinaire dispose d’une revue scientifique en ligne (en anglais). Lire leur définition.

E. Ostrom, prix Nobel d'économie en 2009

Sciences politiques et économie
Le cofondateur de Prosocial, David Sloan Wilson, a travaillé avec Elinor Ostrom pendant trois ans pour généraliser son approche des principes fondamentaux de design et la transformer en une méthode de changement pratique.

David_S_Wilson-livre
David Sloan Wilson, biologiste de l'évolution

Science de l’évolution
La science de l’évolution contemporaine fournit le cadre théorique général permettant d’intégrer la science contextuelle du comportement, les sciences politiques et les sciences économiques, ainsi que d’autres branches de la science qui sont généralement isolées les unes des autres.

Les principes fondamentaux de design Prosocial

un diagnostic humain

Gardez en tête que la finalité n'est pas de produire des mesures chiffrées et des rapports, mais de susciter un dialogue collectif, porteur de prises de consciences, et favorable à l'émergence de nouvelles perspectives et actions.

un outil adaptable

Il est possible de concevoir un outil de diagnostic enrichi, en complétant les 8 principes fondamentaux par un ou plusieurs principes complémentaires, spécifiques à votre activité collective. Cet outil peut aussi être utilisé à côté d'autres indicateurs plus classiques.

Le diagramme en étoile

Ces principes, issus des recherches empiriques sur la gestion des communs, ont été adaptés pour une application à n’importe quelle organisation ou collectif, à toutes les échelles : une équipe / petite structure, un service / département, une grande organisation, une fédération ou union d’organisations…

Le support pédagogique

Vous pouvez télécharger ces documents pour vous aider à animer une réunion d’auto-diagnostic collectif.

Vous pouvez faire appel à moi pour la facilitation de la rencontre : concentrez-vous sur le contenu, je me charge du processus !

Il est possible également d’adapter ces outils

la matrice act pour aider au changement

Les supports pédagogiques

Vous pouvez télécharger ces documents pour vous aider à explorer les motivations et les freins qui influencent votre activité – individuellement ou collectivement.
Toutefois, nous avons remarqué que, sans accompagnement, il est difficile pour certaines personnes d’identifier et de distinguer dans leur expérience ce que pointent les différentes questions. Il y a besoin de s’entraîner pour parvenir à une utilisation fluide de l’outil.

Vous pouvez faire appel à moi pour la facilitation d’une réunion : concentrez-vous sur le contenu, je me charge du processus !

s'accorder en profondeur

Dans sa version individuelle comme dans sa version collective, la matrice ACT permet d'accroître la flexibilité psychologique.
Partager les réponses aux questions entre membres d'un groupe permet de mieux se comprendre mutuellement, et ensuite de se mettre d'accord sur des actions porteuses de sens et réalisables.

un outil éprouvé

La matrice ACT est issue de recherches en science contextuelle du comportement. Conçue initialement comme un outil thérapeutique, elle est adaptée dans la démarche Prosocial afin de renforcer la motivation, la satisfaction et l'efficacité des membres d'un groupe, quel qu'il soit.

aller plus loin

Un diagnostic participatif pour un accompagnement ajusté

Votre groupe rencontre des difficultés dans son fonctionnement interne ou dans la mise en œuvre de son projet : vous avez besoin d’une aide extérieure. Mais qui solliciter ? Sur quel sujet ? Les choses sont parfois très floues ou confuses et il est alors difficile de faire un choix parmi des intervenants spécialisés mettant chacun en valeur les bénéfices de leur méthodologie préférée… et comme il en existe des dizaines, vous risquez soit de ne rien faire, soit de tâtonner avec des propositions qui ne vous aident pas véritablement à progresser.

J’utilise la démarche Prosocial pour animer un diagnostic participatif de la santé d’un collectif, d’une organisation. Je vous permets ainsi :

  • de faire émerger collectivement plus de clarté sur ce qui dysfonctionne et sur les différentes perceptions de la situation ;
  • de mettre le doigt sur la source de vos difficultés, tant au niveau collectif qu’individuel ;
  • de définir vous-même un plan d’action pertinent et réaliste, incluant des orientations claires pour le choix d’un accompagnement ultérieur, si besoin.
 
A ajouter : lien vers témoignage Marche et Rêve
logo-CC-BY-SA

les conditions d'utilisation des documents

Ces supports font l’objet d’une licence Creative Commons qui vous autorise à toutes utilisations, y compris de créer des oeuvres dérivées, à la condition de :

  • mentionner les auteurs : prosocial.world et fleurmathet.eu pour cette version française (BY : Attribution)
  • conserver la même licence lorsque vous diffusez ce document ou une version dérivée (SA : Mêmes conditions)

Pour un usage éthique des outils Prosocial

La co-construction est devenue un thème à la mode en management : nous sommes en effet de plus en plus nombreux à vouloir être entendus et pris en compte dans les organisations, comme dans la vie de la Cité.

Malheureusement, ce besoin est parfois utilisé par des actions de manipulation démagogique : il s’agit alors de donner l’illusion d’une ouverture à la participation et aux idées de tous, pour mieux légitimer ensuite des décisions en réalité déterminées à l’avance. Cela permet également de stigmatiser les personnes critiques en disant qu’elles refusent de prendre part à un “dialogue constructif” et donc qu’elles sont fermées par principe.

Dès lors qu’un groupe a une structure de pouvoir décisionnel, formelle ou informelle, qui place certaines personnes dans une position de subordination par rapport à d’autres – du fait par exemple d’un contrat de travail ou d’autres formes de contrainte – il est légitime d’avoir des doutes sur l’authenticité d’une démarche de participation, de co-construction.

Un cadre très clair doit donc être défini en amont afin de spécifier :

  • la finalité de la démarche (par exemple enquête, consultation, co-élaboration, co-décision ?),
  • les différentes étapes du processus et les moyens prévus pour sa mise en œuvre,
  • les règles garantissant la liberté et la sécurité des personnes relatives à leur participation au processus : obligatoire ? anonyme ? confidentialité ? …

La démarche Prosocial étant fondée sur une confiance dans la capacité des êtres humains à se comporter de manière libre et responsable et à s’organiser de façon autonome, je ne cautionne par avance aucune utilisation des outils présentés ici qui aurait pour intention ou pour effet de maintenir ou de renforcer des rapports de domination au sein d’un groupe.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions sur cette dimension éthique.

Prenez contact avec moi !

    close

    Vous souhaitez recevoir mes actus ?

    Je vous invite à vous inscrire à ma newsletter pour suivre mes activités.
    Je serai contente d'y partager avec vous des ressources, témoignages et réflexions...
    Lisez ma politique de confidentialité pour plus d’informations.